5) L'histoire de la transmission de la Bible. De sa rédaction à nos jours.

Publié le par La Lettre d'Amour du Père

Johann Gutenberg, le grand inventeur


C'est en 1448 que l'imprimerie avec des lettres métalliques mobiles fut inventée. Johannes Gensfleich, surnommé Johann Gutenberg, acheva la mise au point de l'imprimerie à Mayence. Probablement dès 1450, Gutenberg commença les travaux préliminaires à l'impression de la "Bible à quarante-deux lignes" (expression qui provient de la disposition du texte de chaque page sur deux colonnes de quarante-deux lignes). Tout ce dont il avait besoin pour son entreprise, depuis les lettres jusqu'à l'encre d'imprimerie, devait être confectionné selon ses plans.
Gutenberg conçut deux cent quatre-vingt-dix caractères différents ; ainsi, on pouvait à peine distinguer le texte imprimé d'un manuscrit. Pour une page de la Bible à quarante-deux lignes, il lui fallait environ deux mille cinq cents lettres. L'ouvrage complet comporte deux tomes, soit mille deux cent quatre-vingt-deux pages imprimées. Chacun des six compositeurs qui travaillaient dans l'atelier de Gutenberg devait avoir assez de lettres pour trois jours d'avance (à cause de la chaîne composition-impression), et il fallut préparer une énorme réserve de près de quarante-huit mille lettres. Cette première bible ne fut pas seulement imprimée sur du papier mais aussi sur du parchemin. Il fallait environ une journée pour la composition d'une page. Ensuite elle allait à la presse qui permettait à peu près dix impressions à l'heure, on l'en retirait et on la suspendait pour la laisser sécher, le papier étant humidifié avant utilisation. Dans la composition, on laissait un emplacement libre pour la première lettre de chaque nouveau chapitre.
Cette initiale était peinte à la main, en rouge, par le rubricateur qui peignait aussi les titres en lettres rouges. Quant aux enluminures, elles étaient réalisées par des spécialistes, les enlumineurs.
Il a fallu deux années entières pour terminer cette première impression. Elle comportait cent quatre-vingts exemplaires de la Bible dont quarante-cinq ont été conservés, pour certains seulement par fragments.
La Vulgate (Bible en latin) fut le premier livre au monde à être imprimé en série.
Rapidement, la technique de l'imprimerie se répandit en Europe et des ateliers s'établirent en Allemagne, en Hollande, en France, en Italie, en Espagne. On imprimait alors soit le texte latin, soit des traductions de la Vulgate. Ainsi, la Réforme allait bénéficier de cette merveilleuse découverte.

 

Éditions de bibles à des prix plus abordables
Le désir pressant d'apporter aux hommes la Bible à un prix plus abordable fut le but de la fondation des Sociétés bibliques. Sans ressources propres, grâce à des dons de fondations ou des collectes, elles ont pu réaliser de très importantes éditions de bibles.
On trouve déjà la pensée fondatrice des Sociétés bibliques au début du XVIe siècle. Le chevalier Anemont de Coct dut s'enfuir de France à Bâle au temps de la Contre-Réforme, et consacra là toute sa fortune à l'impression de bibles à prix modéré.

Toute la Bible disponible en pages déjà composées
Au début du XVIIIe siècle, en Allemagne, August Hermann Francke fut l'initiateur d'une œuvre remarquable. Il installa une imprimerie dans son orphelinat de Halle. Pour la première fois, la composition complète d'une bible entière fut gardée à disposition. Cela représentait plus de trois millions de lettres, signes et espaces, constamment prêts à être utilisés et permettant de répondre rapidement à toute demande d'édition. Mais ce procédé nécessitait un important capital initial, qui fut offert par un ami de Francke, le baron von Canstein. Ce fut l'origine, en 1710, de la "von Cansteinsche Bibelanstalt" (Institution von Canstein pour la Bible) qui diffusera jusqu'en 1804 trois millions de bibles et nouveaux testaments.

Une jeune fille galloise à l'origine de la plus importante société biblique
Le XIXe siècle fut marqué par un essor considérable de la diffusion de la Parole de Dieu, et en particulier grâce à la "British and Foreign Bible Society" (soit la Société biblique britannique et étrangère) qui fut fondée le 7 mars 1804. L'histoire de la fondation de cette institution est bien remarquable. Une jeune fille galloise, Mary Jones, née dans une humble famille d'un village pauvre, avait été profondément touchée par les versets de la Bible qu'elle avait entendus à l'école du dimanche, et désirait ardemment se procurer un exemplaire du précieux livre, pour sa lecture personnelle. Mais elle ne savait pas lire et dut d'abord faire l'apprentissage de la lecture, quand une classe s'ouvrit dans un village voisin. Elle put alors déchiffrer l'unique exemplaire de la Bible qui se trouvait dans son village, mais désirait en acquérir personnellement un exemplaire.
Elle économisa donc sou après sou, et après plusieurs années, lorsqu'elle crut avoir rassemblé une somme suffisante, elle partit à pied pour une ville distante de quarante kilomètres où elle pensait pouvoir se procurer le précieux livre. Là, elle apprit que toutes les éditions galloises de la Bible étaient épuisées. Il restait bien un invendu disponible, qui avait été réservé pour une personne qui ne l'avait jamais réclamé, mais son prix représentait le double des économies de Mary.
Le pasteur qui l'avait reçue lui céda tout de même l'exemplaire tant désiré à un prix qui restait dans les possibilités de Mary, mais, ému par l'histoire de cette jeune fille, il déclencha un mouvement en faveur de la réimpression de la Bible en langue galloise à un prix abordable, mouvement qui élargira son but à la diffusion de la Bible dans tous les pays du monde, et ce fut là l'origine de ce qui devint plus tard la Société biblique britannique et étrangère.
Cet organisme a développé beaucoup de filiales dans le monde entier et en cent ans, il a diffusé cent millions de bibles, nouveaux testaments ou parties de la Bible.

D'autres sociétés bibliques voient le jour
Pour les pays germanophones, le "Württembergische Bibelanstalt" (Institut biblique du Wurtemberg), fondé en 1812, a œuvré pour la diffusion de la Parole de Dieu, mais a aussi joué un rôle important dans l'édition de la Bible dans les langues originales à l'intention des spécialistes. Depuis 1975, cette œuvre s'est fondue dans le "Deutsche Bibelstiftung" qui a aussi repris l'activité de l'Institution von Canstein, citée plus haut.
En France, la Société biblique de Paris a été fondée dès 1818. Sa création, aidée par la Société biblique britannique, répondait à un immense besoin, les exemplaires de la Bible subsistant en France après un siècle de persécution des protestants, principaux lecteurs des Saintes Écritures, étaient en nombre incroyablement faible. Ne rapporte-t-on pas qu'en 1825, à Saint-Hippolyte du Fort (Gard), pour une population presque exclusivement protestante de 5300 habitants, il n'y avait que 100 bibles ou nouveaux testaments.
En 1948, l'Alliance biblique française a succédé aux différentes sociétés bibliques qui travaillaient dans notre pays. Il existe aussi en France une Maison de la Bible liée à la Société Biblique de Genève, qui a été fondée en 1940 pour répondre aux besoins des croyants francophones pendant les dures années de la seconde guerre mondiale. Toutes ces institutions ont pour objet principal la traduction, l'édition et la diffusion de la Bible.*



La Bible est le livre le plus imprimé !
Le nombre total d'exemplaires de la Bible imprimés depuis l'invention de Gutenberg s'élèverait à plus de deux milliards. De nos jours, la cadence de son impression ne fait que croître.


La Bible est le livre le plus traduit !
La diffusion de la Bible est étroitement liée au travail inlassable de traduction. Au temps de Luther, il y avait environ quinze traductions en différentes langues. En 1600, leur nombre était de quarante, en 1700 seulement cinquante-deux. Ensuite ce nombre fit un bond : après les soixante-quinze traductions en 1800, on atteignait en 1900 les cinq cent soixante-sept.
Actuellement, la Bible, ou des portions de celle-ci, existe en plus de deux mille langues. Ce nombre est en progression constante.
Vous venez de lire de quelle manière particulière la Bible a été transmise ; c'est Dieu lui-même qui veille sur sa Parole.
Il a créé les conditions pour que la Bible puisse être diffusée en un très grand nombre d'exemplaires.
Il a aussi attisé le zèle avec lequel la Bible fut copiée, imprimée, et diffusée.

Nombres de langues dans lesquelles la Bible est traduite

 
1975
1982
1990
1994
1996
La Bible complète
257
279
318
341
355

Le Nouveau Testament

368
551
726
822
880
Une partie de la Bible
924
933
902
929
932
Total
1549
1763
1946
2092
2167

Nombres d'exemplaires imprimés

 
1970
1975
1982
1992
1996
Bibles complètes
5 159 032
6 230 607
10 883 159
16 871 360
9 370 487
Nouveaux Testaments
11 717 092
10 738 146
12 177 593
13 759 552
12 157 875
Parties
32 855 300
27 301 781
32 575 846
30 167 612
22 209 877
Sélections
123 692 991
259 196 773
428 996 939
557 386 823
476 920 867
Total
173 404 415
303 467 307
484 633 537
618 185 347
530 659 106

(Source : Alliance biblique universelle)

 

* L'éditeur de cet opuscule (La Bonne Semence 30, Rue Châteauvert F 26000 Valence) diffuse des bibles à des tarifs très réduits et peut sur votre demande et sans engagement de votre part vous offrir gratuitement un nouveau testament.

Publié dans LA BIBLE

Commenter cet article